Outillage et pièces de rechange

Il n’est pas question ici de faire une liste exhaustive de tout le matériel que nous avons embarqué pour essayer de parer aux aléas auxquels nous allons forcément nous confronter: ennuis de moteur, pannes d’électronique, réparations de voiles, accastillage, etc.

Tout marin ayant navigué au-delà des 20 milles par an que nous indiquent les statistiques nationales aura une réserve de tout ce qui va bien… Et comme on n’aura forcément pas tout sous la main, ne pas lésiner sur l’outillage qui permettra de souvent s’en sortir en ayant un minimum l’âme bricoleuse…

L’idée est plus de partager sur les aspects qui pourraient sortir de l’ordinaire et auxquels on ne pensera pas forcément.

Le Speedy Stitcher

Voici un outil qu’il est magique. Si vous ne connaissez pas, faites vite une recherche sur le ouèbe! Nous l’utilisons depuis longtemps pour réparer nos voiles, le taud… Chaque fois qu’il faut recoudre des tissus un peu épais. Bien mieux que l’aiguille et la paumelle, que nous avons aussi à bord.

http://richmondsaddlery.co.nz/wp-content/themes/shopperpress/thumbs/935010_Speedy-Stitcher_opt.jpg
Le Speedy Stitcher

 

Pensez à prendre une réserve de fil poissé pour les coutures. Et des pièces de tissus, voile et autres. Et même de la sangle plate pour coudre des renforts…

La perceuse 12V

Le bateau étant alimenté en 12V, nous avons récupéré une perceuse portative en 12V sur laquelle nous avons adapté un fil d’alimentation assez long (15m) avec deux pinces que nous branchons directement sur les batteries de service du bateau lorsque la perceuse doit être utilisée.

 La meuleuse d’angle

Malheureusement, le choix en meuleuse sans fil est très limité… Nous avons opté pour une petite meuleuse avec disques de 115 mm que nous n’utilisons qu’une fois à terre sur une prise de quai. Mais c’est un outil très pratique dès qu’il s’agit de travailler du métal: retailler un boulon, couper une tige, poncer, …

Le fer à souder

Essentiel dès qu’il s’agit de toucher à l’électronique du bord. L’expérience nous a montré que les contacts ne résistent pas longtemps aux agressions marines, et que rien ne valait une bonne soudure. Et le fer est utilisable sur le petit convertisseur 12V-220V que nous avons installé.

Penser à prendre de la soudure avec âme décapante, ainsi qu’un pot de décapant pour les soudures récalcitrantes.

Le voltmètre

Complément du fer à souder pour trouver les pannes électriques… On en trouve autour de 20 € qui font très bien l’affaire.

Colliers type « Serflex »

En prendre de toutes tailles: faisceaux de fils électriques propres, (re-)fixation des tubes/tuyaux variés que l’on trouve sur un bateau (eau, aération, …). Nous en avons même utilisé pour refixer la « casquette » sur notre portique.

Colles et joints

Trois ou quatre cartouches de colle-joint pour des réparations très variées… Choisir les produits réputés résister à l’eau de mer et aux UV, et à forte adhérence. Et ne pas oublier la pompe qui va avec!

Par exemple pour coller une pièce de bois dans un coffre afin d’y fixer un crochet ou un support. Pour refaire une étanchéité.

Narguilé

Ben oui: nous nous sommes équipé d’un narguilé pour les interventions sous-marines … Notre choix s’est porté sur un Nardi Esprit 12V, compact et permettant de descendre entre 10 et 15m, éventuellement à deux plongeurs.

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRoWEX7Wi0k_DeWnLiEQPd5gxBGLVeSgRv2wWmcezl-e8nM7Yin

Convertisseur 12V-220V

Ces équipements ne coûtent pas très cher: on en trouve dans les magasins de pièces auto (pour équiper les caravanes). Nous en avons deux à bord (un en rechange). Prendre 400 à 500W de puissance: très pratique pour recharger ou utiliser ce qui ne peut être directement branché sur le 12V.

Chargeurs sur prise USB

Très utile pour recharger les gadgets de la vie moderne: appareils photo, lecteurs MP3 (ou équivalent), téléphones, tablettes, … En prendre plusieurs: ils sont relativement fragiles!

 

<<suite à venir!>>

5 réflexions sur « Outillage et pièces de rechange »

    1. Bonjour Philippe,
      Nous nous sommes assez régulièrement servis du narguilé, principalement pour nettoyer la coque, mais auusi pour inspecter, par exemple l’hélice (à pales orientables).
      Bonnes navigations!
      Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *