Punta Arenas–Puerto Montt – 3e étape: Caleta Tortel – Castro/Ile de Chiloe

Le grand silence qui s’est abattu sur ce blog n’a rien à voir avec une quelconque procrastination rampante dont aurait pu être atteinte l’équipe d’édition de ce ramassis de banalités. D’ailleurs, pour éviter d’être accusée de ce mal pernicieux à l’avenir, l’équipe a décidé une fois pour toute d’arrêter de procrastiner dès demain!

Ce n’est pas faute d’avoir essayé: à Caleta Tortel non plus l’Internet n’a tenu ses promesses..

En fait c’était reculer pour mieux sauter: au lieu d’une mise à jour minable, c’est à une anamnèse balèze que vous avez droit, petits veinards!

Non seulement cet article, mais tous les précédents qui attendaient la connexion libératoire. Là c’est sûr: l’INSEE ne pourra pas faire autrement que de constater avec effroi une baisse de la productivité générale dans les pays de langue française (même rudimentaire, comme pour ce blog), parmi les citoyens avides d’élévation culturelle de qualité.

Mais reprenons ensembles le fil du récit, si vous le voulez bien.

Au risque de me répéter, le tarif est identique même si vous ne le voulez pas…

On n’est pas encore rendu à Puerto Montt…

Et on reprend où on vous avait laissé la dernière fois…

Samedi 5 Avril: La pause ensoleillée de Caleta Tortel étant terminée, nous reprenons notre périple…

Nous avons appris hier que suite au tremblement de terre à Iquique dans le Nord du pays, une alerte au tsunami avait été déclenchée sur toute la côte du Chili, jusqu’à Puerto Williams! Nous comprenons mieux la signification de tous les panneaux montrant les chemins d’évacuation…

La météo est toujours bonne, et la fenêtre se maintient pour traverser le Golfo de Penas. La journée est magnifique aujourd’hui, mais le temps doit changer Lundi 7: on ne s’arrêtera donc pas en route afin de traverser le golfe dans la foulée.

Et en fin d’une journée magnifique, mais sans trop de vent, nous nous présentons à l’entrée du Golfo de Penas. Petit moment d’émotion: nous sommes sortis du système de canaux du Sud, et de la Terre de Feu, où nous venons de passer un mois et demi, avec passage du Cap Horn, du Détroit de Le Maire, et remontées des canaux de Beagle et Magellan pour ne citer que les plus connus.

Et une heure plus tard, nous passons près d’un groupe de baleines.
Encore deux heures, et c’est le premier coucher de soleil sur le Pacifique pour Kousk Eol!

GolfoPenas-Montagnes GolfoPenas-Entree GolfoPenas-CoucherSoleil

Le Golfo de Penas, coucher et lever de soleil

Dimanche 6, 3h du matin: le Golfo de Penas est traversé. C’est notre première navigation de nuit depuis longtemps, et la première dans le Pacifique. Reste à rejoindre la baie Anna Pink pour entrer dans le système des canaux du Nord.

Baie que nous rejoignons dans la soirée, pour mouiller dans la Caleta Giuanin où une ferme à saumons s’est installée…Tant pis: il est trop tard pour aller plus loin. Mais le coin est quand même sympa. C’est sans doute que nous retrouvons la civilisation!

CaletaGiuania
Pêche dans la Caleta Giuanin: finalement on mangera une omelette le soir…

Et Lundi, petite journée de récupération, surtout que le beau temps nous a lâché! 12 milles et mouillage dans la petite Caleta Saudade, où nous trouvons des méduses de belle taille! Enfin une bonne excuse pour ne pas se baigner… Quoiqu’André y soit allé pour pêcher des oursins! Que Nico s’empresse de préparer. Et chose curieuse, du moins pour des amateurs comme nous, chaque oursin semble héberger un crabe parasite de 4 à 5 cm, à la carapace molle!

CaletaSaudade2 CaletaSaudade1 CaletaSaudade-Meduse2CaletaSaudade-Meduse1 CaletaSaudade-Oursins CaletaSaudade-CrabeOursin

La Caleta Saudade, ses méduses, ses oursins…

Durant la nuit, un vison vient même visiter le bateau à la nage…

Et en repartant sur le Canal Puluche, dans moins de 30m d’eau, des baleines: l’eau grouille de petites écrevisses rouges! Les fermes à saumons aux alentours ne sont sans doute pas étrangères à ce phénomène: la nourriture de ces fermes ne va certainement pas uniquement aux saumons…

CanalPuluche-Baleines1 CanalPuluche-Baleines2

Les experts du bord prétendent que ce sont des rorquals de Rudolfi.

Le soir, nous nous arrêtons dans la Caleta Jacqueline, mais, oh scandale! Un catamaran s’est autorisé à mouiller dans la même caleta avant nous… Heureusement pour lui, il y a largement de la place pour deux bateaux. Et finalement nous invitons le skipper, Dave, seul à bord, à venir manger avec nous: malgré qu’il ne parle qu’anglais, c’est bien de voir une autre tête!

Et le lendemain matin, ô rythmes infernaux! , nous reprenons notre route. Et devinez quoi? Il pleut et on a un petit zéphyr entre 20-30 nds dans le nez! Il y avait longtemps! Et les cirés avaient bien eu le temps de sécher… Nous remontons le Canal Errazuriz, bordé de fermes à saumons, et de nouveau nous apercevons des rorquals de Rudolfi, attirés par les bestioles qui viennent se nourrir des déchets des fermes…

Mouillage dans l’Estero Atracadero, pas loin d’une autre ferme à saumons, puis re-départ au matin, de nouveau sous une petite pluie et un vent de 15-20 nds obligeant à tirer des bords.

Jeudi 10 Avril: navigation un peu pénible, toujours le vent dans le nez, et avec la pluie et une mer hachée… Du coup, petite étape aujourd’hui, et arrêt au mouillage de Puerto Americano.

Dauphin PuertoAmericano

Puis ce sera la traversée du Golfo Corcovado, le dernier avant d’atteindre Chiloe. Et, on ne pouvait pas la rater celle-la, mouillage dans la Bahia Tictoc: comme quoi, pour enchainer du tac au tac, tout toqué qu’on soit, notre tactique n’était pas si toc, avec la coque de Kousk dans la crique de la côte pour troquer la trinquette contre le couteau et croquer coûte que coûte la quiche toute cuite, pas crue, à la croûte craquante de notre accort cuistot sans toque, en trinquant le cru du coin, qui l’eut cru? Ça craint: pauvre Bobby…

Note de la rédaction: il semblerait que ce genre de délire soit malheureusement l’un des symptômes liés à une absorption massive de moules contaminées par la « marée rouge » par un esprit naguère brillant, mais ayant largement dépassé la date limite. Un compte a été ouvert dans une banque des Iles Caïman dans le but de récolter vos dons et permettre ainsi une prise en charge du malheureux, afin de le mettre hors d’état de nuire. Le numéro du compte est disponible sur demande. Au cas fort improbable où une inimaginable pingrerie ferait que ce compte restât désespérément à zéro, la rédaction n’aurait alors aucun autre moyen pour espérer empêcher la continuation de ce blog: c’est à vous de voir…

Bon, avant tout ça, comme d’hab, il y a eu les dauphins, les albatros, les baleines, les manchots, … Le tout sur fond de sommets enneigés. La routine, quoi.

En fait de Bahia Tictoc, c’est le tic-tac de la tocante qu’on surveille: la météo, oh surprise, nous a encore réservé un de ces coups de chien dont elle a le secret, nous bloquant sur place à attendre le fameux créneau… Peut-être en fin de journée, ce qui imposerait une navigation de nuit pour pouvoir traverser sur Chiloe dans de bonnes conditions.

Et effectivement, on lève l’ancre sur le coup des 19h30, avant la nuit pour voir les nombreux cailloux qui entourent le mouillage. Temps maussade: brouillard humide et froid, peu de vent… Donc la totale: botte-bonnet-salopette-veste de ciré-goutte sur le bout du nez pour affronter une nuit noire malgré la pleine lune. Et le lendemain matin, nous touchons les côtes de Chiloe… Avec un moteur qui a des sautes d’humeur, le régime passant de 1800 à 1000 tours/minute, voire moins, pour ensuite reprendre, et recommencer quelques minutes après… Ça rappelle furieusement le retour de l’île d’Elbe il y a deux ans, alimentation du moteur complètement bouchée.

Ça y est, me re-voila! Le moteur, c’était bien les filtres à gas-oil. Toute bouchée, l’alimentation! Mais que on s’y fait pas prendre une deuxième fois et qu’on te répare le bousin en moins de deux! Et en attendant, on est à ½ mille de la côte orientale de Chiloe… Avec tout plein de belles maisons et petites fermes sur des prés bien verts. On dirait les bords du Léman. En mieux, bien sûr!

Chiloe0 Chiloe-Eglise

ChiloeA Chiloe-ParcMoules

Dernier repas avant Castro, l’herbe verte et les parcs à moules…

Pour arriver à Castro, capitale de Chiloe, il faut enfiler un canal très sinueux entre de jolies petites îles, toutes habitées, et l’île principale.

Nous mouillons sur ancre sous l’église en bois.

Chiloe2 Chiloe3

Devant Castro

Et il restera encore un petit bout de chemin pour arriver à Puerto Montt, après le Golfo de Ancud, au fond du Seno Reloncavi. soit une petite 100e de milles.

Une réflexion sur « Punta Arenas–Puerto Montt – 3e étape: Caleta Tortel – Castro/Ile de Chiloe »

  1. Copié-collé des commentaires précédents

    Pierre Il y a 5 mois

    ON PEUT PECHER DES OMELETTES AU CHILI ????!!!!!

    hello. Comment ça va ? Depuis que vous êtes au Chili : tremblement de terre, incendie monstre à Valparaiso, coïncidence ?

    Kousk Eol Il y a 5 mois

    C’est à cause de notre quille, quand elle a touché le fond de la mer, ça a créé un tremblement de terre qui a mis le feu à Valparaiso. Mais il ne faut pas le dire!

    where to buy soundcloud likes Il y a 2 mois

    Article très intéressant et attrayant ici les gars. J’ai vraiment apprécié la lecture de ce post et je suis totalement d’accord avec votre opinion. Il est formidable de voir ces blogs comme celui-ci.
    Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *