Navigation dans les canaux de Patagonie

Naviguer dans les canaux de Patagonie, c’est comme naviguer sur un lac de haute montagne. Mais un lac qui n’aurait pas de limite. Une haute montagne avec des arbres et des glaciers.

En arrivant de l’Est, ce qui surprend, ce sont les sommets, très escarpés et enneigés. Puis vers l’Ouest, en continuant le canal de Beagle, les sommets deviennent plus hauts, et les glaciers descendent plus bas.

Les sommets, même si leur hauteur semble modeste (à peine plus de 2000 mètres), ont tout des grands : pentes sommitales enneigées ou rocheuses raides, glaciers suspendus et séracs impressionnants, ambiance d’hivernales. Tout y est… Sauf qu’il y a plein d’arbres !

Par endroit, les glaciers viennent jusqu’aux canaux, lâchant même quelques glaçons. Paysages fabuleux : on ne peut rester indifférent ou jouer les blasés…

Cette proximité entre la mer et la montagne est unique : arriver en voilier au pied d’un glacier, vous y croyez, vous ?

D’ailleurs, il est hautement recommandé aux âmes sensibles d’arrêter de lire ce blog : les photos qui suivent sont susceptibles de déstabiliser certains de ceux qui pensent avoir tout vu, et qui dans leur imprévoyance ont oublié de faire ample provision de mouchoirs, l’IL de ces photos ayant été classé HC (hors catégorie). Pour une définition de l’Indice Lacrymométrique, se reporter aux articles précédents traitant de la faculté de certaines photos à faire pleurer ceux qui pensaient que rien ne pouvait être mieux que la télé (ou bien se référer au glossaire).

25 Février : nous quittons Puerto Williams et notre mouillage au Yate Club Micalvi. Passage devant Ushuaïa, à environ 25 milles à l’Ouest, au pied d’une impressionnante chaîne de montagnes.

Nous snoberons l’arrêt à Ushuaïa pour nous éviter les formalités administratives : Ushuaïa est en Argentine et requiert de faire toute la procédure d’entrée, que nous aurions à refaire à Puerto Williams pour revenir au Chili, soit deux jours de perdus en aller-retour.

Et pi quoi, c’est klââsse non, de passer devant Ushuaïa sans s’y arrêter ?

Nous préférerons le petit havre de Puerto Navarino, juste en face, où nous mouillerons sur ancre dans une petite crique, au pied de trois bâtisses.

ob_0001d2_chili-puertonavarino
Mouillage de Puerto Navarino

26 Février : nous continuons le canal Beagle vers l’Ouest et arrivons en fin de journée à l’embranchement entre les bras Sud et Nord. Nous prenons le bras Nord du canal de Beagle, et mouillage dans la Caleta Olla : superbe mouillage à côté d’un glacier, sous des sommets élancés.

Première manœuvre d’amarres à terre pour empêcher le bateau de bouger. Pour nous apercevoir que l’une de nos amarres, donnée pour 80m, n’en fait que 60 en tirant bien dessus…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Caleta Olla

27 Février : départ de la Caleta Olla après une nuit tranquille, plein Ouest dans le passage Nord.

Nous passons au pied de glaciers aux belles couleurs bleu. Des growlers (morceau de glace) flottent tout autour ; il faut slalomer pour les éviter…

ob_ab47ef_chili-canauxa-senopia3
Lâcher de glaçons…

Les cartes électroniques n’offrent ici qu’une indication à prendre avec circonspection : le calage avec le GPS est douteux, et même la forme de la côte laisse à désirer… On navigue à vue, nez collé sur le sondeur.

L’Iridium ne nous donnant toujours pas d’accès Internet, c’est Michel qui s’y colle pour la météo, via SMS… Nous complétons par nos appels quotidiens aux alcamares, les points de contrôle de la Marine du Chili.

Nous arrivons en début d’après-midi à l’embouchure du Seno Pia (Fjord Pia), que nous remontons par son bras Ouest, de nouveau au milieu des growlers, pour arriver au bout de quelques milles au pied de deux magnifiques glaciers les pieds dans l’eau…

On vous dirait bien que c’est beau, mais ce serait largement en dessous de la réalité… Nous, on s’en est mis plein les yeux pour quelque temps.

Mais quand même, putain que c’est beau !

Le Cap Horn, c’était le Mythe. Les glaciers, c’est la Beauté. A tel point que plus beau ça risquerait d’être moins bien…

ob_0a3fdd_chili-canauxa-senopia-glacierguilcher2 ob_5b8c64_chili-canauxa-senopia-glacierguilcher1 ob_08f07a_chili-canauxa-senopia1-copie

Vous la ressentez, la beauté immarcescible, là ?

Même les lagénorhynques de Peale viennent faire la fête autour de nous !

 

Et un nouvel oiseau à notre palmarès : le canard vapeur, aux ailles atrophiées lui interdisant le vol, et dont il se sert comme des pagaies. 10 nds en pointe tout de même, le bougre !

ob_4076ef_chili-beagle-senopia-canardvapeur ob_1f538e_chili-canauxa-senopia-cormorans

Canard vapeur et cormorans glacés

Et comme il faut que toute bonne chose ait une fin, nous redescendons pour rejoindre la Caleta Beaulieu, à l’entrée du bras Est, où nous passerons la nuit. Pas pire non plus…

ob_1bc0f2_chili-canauxa-senopia-caletabeaulieu3 ob_e599a0_chili-canauxa-senopia-caletabeaulieu1??????????????????????

ob_190d8f_chili-canauxa-senopia-ddjacques
La Caleta Beaulieu

28 Février : la météo doit se gâter en deuxième partie de journée, donc départ 8h pour avancer et se mettre à l’abri à temps.

Surprise : nous nous retrouvons avec un autre voilier, le Finistère, voilier français mais équipage cosmopolite. Et qui a pris la même option que nous pour le mouillage du soir : la Caleta Lagunas sur l’île Obrien.

Temps humide et froid : gros nuages gris avec des grains. Environ 25 milles au près, en jonglant entre trinquette et génois, et avec les ris dans la grand-voile. Et nous arrivons vers 15h à la Caleta Lagunas : petite étape, mais le mouillage suivant était encore à une 12e de milles, et notre trinquette a une couture qui a lâché… Il faut recoudre avant la déchirure !

Une centolla sans doute suicidaire se laisse prendre près du rivage… Et finira sur nos assiettes ce soir.

ob_831cc3_chili-beagle-caletalagunas3 ob_14579e_chili-beagle-caletalagunas2ob_d8a33e_chili-beagle-caletalagunas4

ob_f5886c_chili-beagle-caletalagunas1
La Caleta Lagunas

Nuit pluvieuse et ventée : nous sommes bien, au mouillage ! Dehors, le vent souffle, comme la météo l’avait prévu. Finalement une petite pose n’est pas mal venue…

1er Mars : il a plu et il a venté toute la nuit . Donc, grasse matinée ce matin. Le vent tombe dans l’après-midi : nous en profitons pour nous avancer un peu. Étape courte d’une 10e de milles pour le caleton Silva sur l’île Londonderry à la sortie du canal Beagle. Brume humide : fait frête !

Et là, pas de dauphins, mais des otaries qui nous font leur cinéma !

ob_21d973_chili-canalballenero-otaries1 ob_182fe5_chili-canalballenero-otaries3 ob_b7ed42_chili-canalballenero-otaries2

Le cinoche des otaries…

2 Mars : la météo devant se durcir dans l’après-midi, nous partons au point du jour, sous un ciel gris et pluvieux, sans vent.

ob_d0bf83_chili-canalballenero-caletonsilva
Lever de soleil sur les canaux.

De nouveau, un groupe d’otaries, qui nous fait la saison 2 du numéro d’hier…

 

Plus loin, nous passons à côté de deux ou trois baleines, tranquilles, à 10 mètres du bateau. Quoi d’étonnant, dans le canal Ballenero ?

ob_570cd6_chili-canalballenero-baleine
Tranquille baleine

Puis au bout d’environ 30 milles, pratiquement entièrement au moteur, nous arrivons sur l’île Brecknock au mouillage de Puerto Atracadero, où quelques oies observent d’un œil critique notre technique d’amarrage.

ob_72e8c5_chili-canalbrecknock-puertoatracadero4-copieob_627ebb_chili-canalbrecknock-puertoatracadero5ob_9c9b14_chili-canalbrecknock-puertoatracadero2ob_7c2a72_chili-canalbrecknock-puertoatracadero3

Puerto Atracadero

Le vent se lève… et l’ancre dérape ! Il faut réagir vite : remonter l’ancre et la remouiller plus loin, sous la pluie.

3 Mars : nuit un peu ventée et humide…

Au petit matin, deux pêcheurs viennent tailler une bavette : ils plongent pour cueillir des algues pour des produits cosmétiques. Quand on voit la pauvreté et l’état rudimentaire de leur équipement, on a froid pour eux ! Et ce n’est pas le café que nous leur offrons qui va changer grand chose. L’eau doit être autour de 5°C quand il n’y a pas de glaçons…

??????????????????????
Visite matinale…

Beaucoup de moteur aujourd’hui, et mouillage dans la Caleta Brecknock, au fond du Sena Ocasión, petit fjord étroit entouré de belles falaises granitiques, où de nombreuses otaries semblent avoir élu domicile.

Surprise : un autre voilier est au mouillage, des Américains. Nous décidons de les laisser tranquilles et de mouiller dans la petite crique juste à côté : ancre, 2 amarres à l’arrière et une à l’avant. Ceinture et bretelles : on ne connaît pas le coin !

ob_0f446c_chili-canalocasion-caletabrecknock7 ob_772d94_chili-canalocasion-caletabrecknock6 ob_8b067f_chili-canalocasion-caletabrecknock1 ob_49eb6e_chili-canalocasion-caletabrecknock5 ob_3b58ec_chili-canalocasion-caletabrecknock3 ob_93b7a1_chili-canalocasion-caletabrecknock4 ob_06e587_chili-canalocasion-caletabrecknock2

La Caleta Brecknock

4 Mars : nuit tranquille… Et vous allez rire : il a plut toute la nuit.

Aujourd’hui, nous quittons le Canal Brecknock, prolongement Ouest du Canal Beagle, pour aller prendre le Canal Cockburn (en Anglais, en un seul mot), qui nous permettra de rejoindre le Canal de Magellan vers le Nord via le Canal Magdalena. Ça va ? Vous suivez ?

Le Canal Ocasión était juste une petite déviation avant la sortie de Breaknock, sortie non protégée et ouverte sur la houle et les vents du Pacifique. On a beau se la péter sur Kousk Eol, quand on peut faire tranquille, on essaie de le faire…

Deux orques nous attendaient à la sortie, et viennent tourner tout contre la coque : impressionnant ! A la place des otaries, il me semble que je me méfierai…

Au loin vers le Nord, une boule lumineuse jaune semble essayer de percer la couche de nuages. D’après les anciens du bord, ce pourrait être ce que leurs ancêtres appelaient « Soleil », et qui n’avait plus été vu depuis longtemps…

La courte durée du phénomène laissa à penser qu’il s ‘agissait plutôt d’un gros météorite.

Bref, on aura encore une fois économisé sur les crèmes solaires…

Et nous arrivons à Puerto King, petite caleta au bout du Canal Cockburn : plus tranquille tu meures…

ob_3292f1_chili-canalcockburn-puertoking2 ob_13cf07_chili-canalcockburn-puertoking1

Puerto King

5 Mars : Devinez ? Pluie depuis hier soir. Paysages grandioses, mais temps de mâârde ! Comme si la nature voulait nous faire payer de se rincer l’œil outrageusement…

Du coup, grasse mat’ dans 99 % d’humidité, et départ sur les coups de midi, au moteur sur un vrai miroir liquide. Et toujours les otaries, les pétrels, les cormorans, dominés par les sommets élancés et les glaciers : d’un commun !

Et pendant ce temps, Brel chante « Le plat pays » et sa brume sur la « hi-fi » du bord: il faut au moins le Grand Jacques pour ne pas gâcher l’ambiance… Non Jacques D. : je parle de Jacques B. !

 Les choix gastronomiques commencent à montrer des signes flagrants d’essoufflement : on se rabat sur les conserves au grand dam des fines gueules du bord… Bon là je me fais engueuler sévère : hier soir on a quand même eu droit à un vrai couscous québécois typique, avec noix de Grenoble, concombres chiliens et piment brésilien…

 Entre temps le vent se lève : solide effet de venturi dans le canal Magdalena. 15-20 nds de face dans un clapot un peu dur. Bof : p’tit ris et trinquette. Pas de quoi fouetter un pétrel. Quand brutalement, longue rafale à 50 nds ! Les voilà donc les fameux williwaws ! Bon test pour les indéfrisables !

Notre mouillage de ce soir sera la Bahia Morris, mouillage assez large, où l’on pourra « swinguer à l’aise sur l’anchor »: Nico maîtrise complètement le vocabulaire marin et la traduction du guide…

Plusieurs grains passent au dessus de nous durant la nuit, provoquant des rafales à plus de 20 nœuds, et nous obligeant à mettre la deuxième ancre, par sécurité.

ob_a4cb5c_chili-bahiamorris
Arrivée dans la Bahia Morris

6 Mars : départ 8h, car le vent devrait forcir en milieu d’après-midi. Et il fait (presque) beau, avec du soleil et tout et tout !

Ne vous inquiétez pas : ça ne dure pas… Le vent se lève, dans le nez. On est vite à 3 ris dans la GV plus trinquette, au près. Mais les rafales à 35 nds et plus nous calment : les bords sont inconfortables, et il y en a encore quelques uns à faire ! Même sous trinquette seule, nous nous retrouvons le liston dans l’eau. Le Canal de Magellan se fait désirer…

On se rabat donc sur la caleta de Puerto Hope, où nous trouvons Kotick au mouillage, avec Alain Caradec qui emmène des clients.

ob_e93f8e_puertohope-koticketkouskeol ob_197c87_puertohope-machete

Puerto Hope: Kotick et machete dans le goëmon!

Ici point de bergère avec ses moutons, mais :

Il pleut, il pleut, bordel !
Rentre ton blanc tangon 
.
Il pleut, il pleut, bordel !
Enroule, enroule, petit Patagon…

Petite accalmie au bout de 3 heures : on repart… Pour s’apercevoir que le gréement semble détendu : arrêt dans la caleta suivante, la Caleta Beaubassin découverte par Bougainville, à 5 milles, pour retendre ! Et on y passe la nuit.

ob_e9a58c_chili-caletabeaubassin1 ob_fbe5e6_chili-caletabeaubassin2

La Caleta Beaubassin

7 Mars : départ 8h après une nuit calme, de nouveau dans une calanque paradisiaque, au pied d’un glacier majestueux.

Cette fois, nous sommes à l’extrémité Nord du Canal Magdalena : en face se trouve Punta Arenas à une petite 60e de milles. Mais il faut d’abord traverser le Canal de Magellan large ici d’une 15e de milles. Évidemment, avec le vent dans le nez, donc en tirant des bords…

Mais la mer s’est clamée depuis hier et les bords avancent plutôt bien. Le vent monte progressivement : 1 ris, puis 2 ris, puis la trinquette. Nous apercevons Kotick au loin.

Et nous arrivons à Bahia Mansa, un petit port de pêche naturel 26 milles au Sud de Punta Arenas, juste derrière Kotick : nous nous mettons à couple, avec les bateaux de pêche. Et préparons les amarres pour le coup de vent prévu pour le lendemain : 40 à 45 nds…

ob_792fab_chili-bahiamansa1 ob_38804a_chili-bahiamansa2 ob_0dad83_chili-bahiamansa3

ob_bac806_chili-puntaarenas4
Bahia Mansa

8 Mars : ce sera une journée à l’abri. Le vent souffle comme prévu par la météo : rafales à plus de 40 nds. Deux bateaux de pêcheurs sont venus se mettre à couple : eux aussi plongent cueillir des algues… Brrr !

Nous en profitons pour aller au super-marché de Puerto Hambre, la ville toute proche . En fait, une dizaine de baraques de pêcheurs au bord de l’eau, avec une « cafeteria », sorte de petit restau, qui fait aussi épicerie (pourvu qu’on n’ai pas de gros besoins). Retour progressif à la civilisation !

Puerto Hambre, le Port de la Faim, était une tentative espagnole de coloniser le coin : quelques mois après, toute la colonie était morte de faim…

Mais la cafeteria, au Sud du Monde comme le dit la pancarte, sert de très bonnes empanadas aux crevettes et aux centollas.

ob_c5cd94_chili-bahiamansa-puertohambre2 ob_953138_chili-bahiamansa-puertohambre4 ob_2b552c_chili-bahiamansa-arcenciel ob_f752e1_chili-bahiamansa-puertohambre3 ob_ba5b57_chili-bahiamansa-puertohambre1

Puerto Hambre

9 Mars : belles bourrasques durant la nuit.

Et au matin, il neige sur Kousk Eol ! Le concept d’ »été » ici n’est pas le même que chez nous… Nous avons une pensée plus qu’émue pour les pêcheurs-plongeurs d’algues et d’oursins…

Faut pas confondre « Sous les tropiques » et « En dessous des tropiques » !

Nous partons ensemble avec Kotick : il faut se désengager du pêcheur à côté de nous, qui a son ancre par dessus les nôtres. Manip d’amarres un peu compliquée par le fait que les pêcheurs ne sont pas à bord , mais tout se passe bien.

Et cap sur Punta Arenas, la capitale de la région de Magellan, à 26 milles au Nord. 11° de moyenne en été et réputée pour ses vents forts.

En attendant, conditions presqu’idéales : il fait beau (bon : froid aussi, d’accord!), la mer est plate et un petit vent de 12 nds nous pousse bon plein à 8 nds dans la bonne direction.

Puis le petit vent monte à 20 nds : 9 nds sous trinquette et 2 ris.

 18h : derrière un ballet de dauphins en grande forme, nous arrivons au Muelle Arturo Pratt de Punta Arenas, première ville depuis Puerto Williams il y a 2 semaines.

 C’est ici que Jacques (non pas Jacques B. : Jacques D. !) nous quitte… Il était venu pour un mois de navigation avec les frangins terribles, qui s’est transformé en plus de deux mois, dont un à terre à Piriapolis à se demander si on en repartirait un jour… Et finalement, le programme initial a été plus ou moins tenu, aux dates près : descente vers le Grand Sud, passage du Détroit de Le Maire, arrivée à Puerto Williams, Cap Horn, Canal Beagle et Canal de Magellan.

C’est pô pire, comme dirait notre dernière recrue…

Et c’est ici aussi que va se préparer la suite du voyage vers le Pacifique : petites réparations, courses de vivres, plein de gas-oil, un ou deux restaurants…

ob_4b089a_chili-puntaarenas1 ob_fc0285_chili-puntaarenas2

Arrivée à Punta Arenas

ob_35dc4b_route1
Le trajet de Kousk Eol depus Puerto Williams;

Une réflexion sur « Navigation dans les canaux de Patagonie »

  1. Copié-collé des commentaires précédents

    Anne Honimous Il y a 6 mois

    Vraiment très très beau tout ça! mais il ferait pas un peu frisquet quand même?
    Pas Beagle du tout, ces otaries et ces lagénorhynques de Peale… j’espère que les vieux marins n’ont pas trop la gêne aux rhynques.
    Bonne continuation!
    PS – qui c’est l’ornitho(rhynque) du bord?

    Kousk Eol Il y a 6 mois

    Frisquet est peut-être un grand mot… On se les gèle, tout simplement. Même les rares fois où l’on t-rhynque. C’est dire!

    Anne Honimous Il y a 6 mois

    Bon mais n’exagérez pas trop quand même: rhynque eune titgout

    Danielle Carlès Il y a 6 mois

    Merci !

    Jacques Aime Il y a 6 mois

    La photo de la ‘caleta beaulieu’ est superbe . Marins en couleurs et au regard, présents.
    Bravo pour le montage du ‘cinoche des otaries’, et pour la carte du trajet. Les cartes ça fait toujours rêver

    MARTIN jean et marion Il y a 5 mois

    Super Andrè de suivre ton parcours!! Mon frere Georges etait avec Caradec jusquau debut de fevrier , vous auriez pu vous rencontrer… Quelle est ta prochaine etape ? Profites bien pendant que nous, nous nous enlisons …. A Monaco…. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *