Scoop de nos envoyés spéciaux : la terre est bien ronde…

Il nous aura fallu quatre années bien trop courtes pour nous en persuader : l’air vivifiant de la Bretagne forge des caractères bien trempés1, pas toujours faciles à convaincre. Mais il faut reconnaître que Magellan n’avait pas raconté de craques sur ce point : en allant toujours plus à l’ouest, on finit bien par revenir à son point de départ. Plus ou moins. Un jour.

« Le » tour.

Mais est-ce aussi le cas si on va vers l’est ? Et si on essayait ?

 

En attendant, la belle affaire ! Tout ça pour ça ? Quelques esprits un peu rabat-joie ne manqueront certainement pas de nous faire sentir qu’en gros nous n’avons fait que tourner en rond… Pas très glorieux comme façon de s’occuper, surtout dans ce monde où aller de l’avant est tant valorisé : il y a un petit côté retour en arrière, voire régressif, à faire une boucle, non ?

 

Oui. Et alors ? Nous on a tourné, en prenant notre temps ainsi qu’un plaisir extrême. Côté souvenirs fabuleux, nous avons glané une provision pour de nombreuses années, tant par les paysages admirables que par la faune extraordinaire et les riches rencontres dans les nombreux mouillages, avec les locaux aussi bien qu’avec les autres marins. Et malgré le fait que dans un tel voyage, les choses à côté desquelles on passe sont en bien plus grand nombre que celles qu’on savoure. Mais n’y a-t-il pas un aspect intellectuellement satisfaisant à réaliser qu’il restera toujours quelques petits trucs à faire ? Nous posons la question.

 

C’est vrai que nous avons un peu mis de côté les préceptes que nos parents ont patiemment tenté de nous inculquer durant notre jeunesse aussi insouciante que lointaine : « Mais arrêtez donc de tourner en rond ! Tâchez de trouver quelque chose d’utile à faire ! ». Il y a tout de même une dimension indubitablement positive dans cette débauche d’énergie : nous pouvons maintenant prétendre très modestement en savoir un petit peu plus sur la conduite d’un voilier par conditions variées. Nos galons durement acquis de WAFI2 n’en deviennent que plus incontestables.

 

Et Kousk Eol dans tout ça ? Eh bien notre valeureux voilier a eu un comportement exemplaire. Il nous a toujours mené à bon port dans de bonnes conditions de vitesse et de sécurité. Il aura très bien résisté à l’usure du temps et des milles, et serait prêt à repartir avec un minimum de maintenance. Nous ne regrettons pas notre choix initial. S’en séparer sera un moment difficile.

 

Pour les deux frangins, qui se la sont pétés plus que de raison durant tout ce périple, comme vous avez de nombreuses fois pu le constater, la prochaine épreuve, cruciale, est de réussir leur stage obligatoire autant que fondamental de réinsertion conjugale, prérequis incontournable avant même de seulement songer à entreprendre d’autres projets, même plus modestes. À part ceux concoctés par Cathy et MarieJo, bien entendu !

 

Mais ceci est une autre histoire, et nous vous la raconterons un jour, peut être. Si vous le méritez3.

______________________________
1– Eh oui, le choix des mots n’est pas anodin.

2– Pour ceux qui n’auraient pas bien suivi, je rappelle que WAFI est le surnom hypocoristique donné par les motoristes anglo-saxons aux voileux qui prétendraient leur faire respecter les règles de navigation : Wind-Assisted Fucking Idiots. En général, se référer au glossaire pour tout mot ou expression à l’exotisme un peu trop naval pour le terrien convaincu.

3– Ça laisse de la marge…

 

4 réflexions au sujet de « Scoop de nos envoyés spéciaux : la terre est bien ronde… »

  1. Félicitations, vous êtes allés au bout du projet. Merci mille fois de nous avoir fait partager vos belles aventures.
    Le tour du monde est terminé mais le narrateur peut continuer à écrire pour le plaisir de tous, il est tellement doué.

    1. Doué pour quoi? En plus de se la péter, il fond devant les flatteries, méritées ou non… Le 2e tome est en préparation: les académiciens n’ont plus qu’à bien se tenir!Merci pour le commentaire.

  2. Oui c’était bien les frangins, et un plaisir de vous lire. Un beau projet, qui n’est pas resté seulement un rêve mais devenu une réalité. Fallait le faire!

    Et maintenant: Ben tornati ! …comme disent les italiens – non ça ne veut pas dire que vous avez bien tourné autour du globe – mais qu’on vous souhaite un « bon retour ». Un genre de « bienvenue » mais pour ceux qui ne sont pas simplement venus, mais bel et bien RE-venus, bref des revenants.

    Bizbiz

    1. Chère Anneau Ni Mousse,

      « Honni mousse »? Pourquoi? Qu’a donc fait ce pauvre malheureux? C’est toujours les mêmes qui prennent…
      Ceci dit: tortellini et tutti quanti aussi.
      Merci de fond du coeur pour le message de bienvenue! Il reste à terminer ce blog proprement. Quoique… Et à finir le 2e tome.
      Sinon, nous sommes en plein recyclage!
      Bises et à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *