Piriapolis : dernière longueur avant le départ ?

L’arrivée de Nico rajeunit un peu l’équipage et re-dynamise un peu l’ambiance… Les liens paternel autant qu’avunculaire (*) n’impliquent pas de lourdeur hiérarchique familiale et il trouve facilement sa place au milieu des vieux schnocks. Sa maîtrise de l’Espagnol nous sera précieuse pour la suite du voyage, ainsi que ses dons pour la pêche et la cuisine !

 (*) : cherchez pas ! Un bête pari entre le DD et le Glaude de mettre le mot «avunculaire» dans le blog, suite à une définition subtilement capillotractée de mots croisés. Ne râlez-pas : vous avez quand même échappé au «Avunculaire, on triomphe sans gloire !»… Et on ne veut même pas entendre: « Avenculo! ». Ah on sait, sur Kousk Eol, mettre à profit l’adversité pour parfaire notre culture, pourtant immense. Comme toujours, en toute modestie.

21 Janvier : la stratification est terminée ! Le travail semble sérieux, et l’épaisseur y est ! Le moral remonte… Du coup, nous nous permettons d’aller honorer notre copine Patricia !

Piria-Patricia
Patricia! Te quiero mucho! (Coucou Pat!)

22 Janvier : journée « repos ». Encore une petite couche de finition de gel coat sur les fonds pour faire beau. Dernière étape avant la remise à l’eau : soulever le bateau avec le travel-lift pour insérer du joint entre la quille et la coque, puis reposer la coque sur la quille et boulonner le tout. C’est prévu pour demain !

23 Janvier : nous sommes à 8h au port. Un pampero est annoncée : les gribs ne sont pas optimistes… Le plus fort semble être pour vendredi 24. Mini-réunion de crise avec le chantier et le conducteur du travel-lift : trop risqué. On reporte, et le moral redescend, sans doute par solidarité avec la pression atmosphérique. A peine la décision prise, le pampero avec un putain de grain nous tombe dessus: c’était effectivement la bonne décision !

Pour ceux dont les notion de météo seraient rudimentaires, voire nulles au point que même zéro ne pourrait en donner qu’une lointaine mesure, un putain de grain se situe exactement entre un grain d’enfer et un grain de fin du monde. C’est dire…

Piria-Grain1Piria-Grain3Piria-Grain2

Y a pas à dire: les grains dans le Rio de la Plata ont de la gueule!

Un véritable coin d’air froid, humide et noir nous fonce dessus. Le vent passe brutalement du Nord au Sud avec de belles rafales et la température chute: un magnifique pampero… Puis tout d’un coup, les seaux d’eau qui vont avec tout grain qui se respecte…

Piria-ConsoBer
Le chantier décide de consolider les madriers qui soutiennent Kousk Eol.

24 Janvier: il a plut toute la nuit, avec de belles rafales. Et ça continue: les gribs ne sont toujours pas très optimistes pour le reste de la journée. C’est sûr maintenant: pas de travaux sur la quille avant Lundi. Un autre week-end de folie se profile pour nous à Piriapolis…

Mais nous sommes bien d’accord: nous n’avons jamais été aussi près du re-départ!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *