Hiver 2017-2018: mais où est donc Kousk Eol?

La sagesse voulait que l’on procède à une sérieuse maintenance sur Kousk Eol: plus de 45 000 milles, ça laisse un peu de traces, même si le bateau a très bien supporté le périple.

Et donc, il a été décidé de mettre notre voilier à sec, à Port Saint Louis du Rhône.

Et c’est par une (très!) froide et ventée soirée de décembre que nous quittons Porquerolles: coincés dans le port à cause d’un coup de vent de nord-ouest costaud (35 nœuds), nous attendons avec impatience la renverse d’est promise par la météo. Il ne faut pas la rater, car elle ne devrait durer que quelques heures, mais devrait nous permettre de passer le Cap Sicié dans le bonnes conditions.

En attendant, comme d’habitude, nous effectuons quelques travaux, comme repasser la drisse de grand-voile dans le mât.

Non Yan: tu ne pourras pas monter plus haut!
Kousk Eol vu d’en haut.

La renverse arrive en fin d’après-midi: les amarres sont vite larguées et le cap est mis vers l’ouest, encore une fois… La nuit tombe vite, et le vent d’est tient ses promesses: le Cap Sicié est vite passé. Mais à peine ce dernier franchi, le vent rebascule au nord-ouest, entre vingt-cinq et trente nœuds, glacial: les vieux vont se mettre au chaud et laissent la barre aux petits jeunes plein d’ardeur…

Nav de nuit: la Méditerranée n’est plus ce qu’elle a été…

Et la nuit se passe, au près: comme nous ne sommes pas trop éloignés de la côte, les vagues sont raisonnables.

Après la nuit, le soleil daigne se remontrer… Pas la peine d’aller à l’autre bout du monde pour voir de belles couleurs!

Et vers onze heures, tranquillement, nous arrivons à Port Saint Louis du Rhône, où le travel-lift nous attend.

Kousk Eol de nouveau à sec.

Les travaux vont pouvoir commencer:

  • quelques réparations de gel coat;
  • nouvel anti-fouling;
  • changement des anodes;
  • vidange moteur et embase;
  • changement du gréement;
  • vernis et anti-dérapant intérieur;
  • électronique variée…

On vous racontera!

4 réflexions sur « Hiver 2017-2018: mais où est donc Kousk Eol? »

  1. Le prétexte de devoir repasser la drisse et laisser le fusible en haut du mât semble efficace pour piquer le goûter de ce dernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *