Salvador-Rio 1e partie

29 septembre-7 octobre 2013

Itaparica – 29 septembre-1 octobre

Nous quittons Salvador en début d’après-midi pour une très courte étape : Itaparica n’est qu’à une douzaine de milles, dans la Baie de Tous Les Saints.

Nous nous amarrerons à un ponton de la minuscule marina : joli mouillage, très tranquille et apparemment prisé. Une dizaine de voiliers de diverses nationalités sont à l’ancre devant le village.

ob_ec0bd1aaed70e8c19d14a0072bd0bfa8_itaparica01
Kousk Eol à Itaparica

30 septembre : 3 mois déjà que nous sommes partis de Toulon… Et presque 5000 milles parcourus.

Visite du village, un peu endormi, qui ne semble vivre qu’au rythme du tourisme : de nombreuses navettes amènent les visiteurs depuis Salvador en une heure.

Une source d’eau minérale alimente le village : nous en profitons pour remplir nos réservoirs, nous doucher et même laver le pont ! Essayez un peu de faire ça à l’eau d’Evian !

ob_3b384af3a595ceffb3900cfb96eb04f1_itaparica03 ob_ef948e0ec2017bb8d5258639169732db_itaparica04 ob_101a6737934e3fb1c307f5f98c588078_itaparica06 ob_41f626cfdcf27110aae580c69c489b88_itaparica-fontedabica

Itaparica

Nous rencontrons une famille australienne, partie à 4 depuis 3 ans et remontant doucement vers les Antilles puis la côte Est des USA, après près de 6 mois au Brésil : échanges de conseils, avis, histoires, …

Morro de São Paolo – 1-3 octobre

Environ 45 milles de navigation par vent de travers 15 nœuds : le bateau file à environ 8 nœuds sur une mer des plus calmes. Un régal.

Soudain, une masse énorme bondit hors de l’eau : des baleines ! A 200m du bateau, un groupe de baleines franches s’ébat : sauts, nage sur le côté avec la nageoire à la verticale, plongeons avec effet de queue. La totale. Malheureusement, il faut arriver de jour au mouillage de Morro de São Paolo : l’entrée de la rivière n’est pas bien balisée et des bancs de sable encadrent l’embouchure. Donc nous n’approcherons pas les baleines cette fois.

Nous arrivons au mouillage juste avant la tombée du jour : Kousk Eol est le seul voilier… Mouillage tranquille devant de belles villas dans la végétation dense. Et devinez quoi : le feu de mouillage ne fonctionne toujours pas, malgré la tentative de réparation il y a quelques jours…

ob_be88de5ca76a0f44e56a715d5ac4d742_morro02
Pseudo-électronicien essayant désespérément de recâbler le feu de mât de Kousk Eol

Morro est un peu le Saint Tropez du coin : belles plages, restes historiques (fortin, phare). Les gens aisés de Salvador viennent y passer les week-ends. On retrouve les mêmes petites rues avec boutiques de merdes souvenirs qu’ailleurs dans le monde. Pas notre truc… Mais il faut reconnaître que l’endroit a beaucoup de charme, avec ses successions de petites plages juste sous la végétation qui est plutôt luxuriante.

ob_219715c23e0ca973607beea70569d17b_morro04ob_70faa65ce3370f6ae203d67b56efb0ef_morro03 ob_072afef9dce0f0d7c9dd7a05a5153a5d_morro05

Morro de Sao Paolo

Bahia de Camamu – Ilha do Campinho – 3-5 Octobre

35 milles cette fois, qui débutent sans vent… Essais infructueux avec le code D, mais même lui a du mal à nous déhaler… Petit coup de risée Volvo, et finalement le vent se lève : 15 nœuds, c’est pas pire !

Et je vous le donne en mille, que voit-on à l’avant de Kousk Eol ? Hein ? Des baleines ! De nouveau ! Cette fois nous avons le temps et nous déroutons : spectacle impressionnant à moins de 20 mètres du bateau. Ça fait brutalement grimper le prix de la journée à bord de Kousk Eol… Plusieurs groupes se succèdent pour ne pas faire tomber l’attention (ni la tension) : sauts, souffles, plongeons queue en l’air, etc. Tout le savoir faire de la baleine franche est passé en revue.

ob_0808330d2e57b3d6d49ee089639467ce_camamub3 ob_5208a869d414fae24e436f1e8bf7d537_camamub1

Des baleines…

ob_befb3794ec084fbc438a4d4df97715bf_camamu00
Le DD qui cache mal sa joie…

ob_ad865052e7e62ac1de6e1d96fc211d19_camamub2 ob_2c60698c598fba57714bc0f07912efcd_camamub4

Ah ben ça alors: encore des baleines! (photos à IL élevé)

Note :

L’ « IL », ou Indice Lacrymométrique de Steph-Claude, est une mesure objective de la faculté qu’a une photo à faire pleurer les collègues de travail malheureusement restés à leur bureau (c’est ballot) lorsque la photo a été prise. IL1 correspond à un faible indice (photo que l’on peut aisément commenter d’un « Bof ! », et ne sollicitant pas ou très peu les canaux lacrymogènes.), alors qu’avant de regarder une photo d’indice IL5 il est souhaitable de ranger ses dossiers et de mettre son clavier de PC à l’abri.

Puis, faute de baleines, qui ont dû se lasser de nous amuser pour des prunes, nous continuons notre route, et entrons bientôt dans la baie de Camamu : navigation prudente entre les haut-fonds, pour finalement rejoindre un très joli mouillage sur l’Ilha do Campinho, où deux autres voiliers semblent nous attendre. Quelques maisons un peu décrépies forment le village, que nous sommes seuls à visiter… Quelques pousadas , qui accueillent les touristes, bordent la plage, toutes avec leur ponton privatif. Mais toutes sont fermées ! Camamu doit être le seul endroit au Brésil où il est impossible de boire une caïpirinha…

ob_14b8018b5e4647b1fc84a3d1fb662d07_camamu03 ob_0d1aa6d260d105441b61dde73ef868db_camamu02 ob_109ad8e4c63f25ec53fdb1fa9b0db05a_camamu01

Mouillage à Camamu

Itacare -Ilheus– 5-7 Octobre

Nous quittons le mouillage de Camamu avec la marée descendante : plus de 3 nœuds de courant nous emportent vers l’embouchure du rio, vers la houle que nous prenons de face et qui va nous brasser pendant une bonne heure. La poulie de bôme du hale-bas n’y résistera pas…

Petite frayeur au passage provoquée une brusque remontée des fonds de 7 à 3 m, non signalée sur notre carte pourtant très détaillée : sans doute un banc de sable itinérant ?

Sinon, navigation tranquille jusqu’à Itacare à moins de 40 milles, au grand largue, le long de plages interminables bordées de cocotiers sur fond de relief peu élevé. Et les poissons volants ont tenté de remplacer les baleines aujourd’hui : même s’ils planent un peu mieux, il faut reconnaître que le spectacle est moins impressionnant!

L’entrée du rio das Contas, devant Itacare, demande lui aussi de l’attention : nous visons la mi-marée montante pour nous engager car il y aura à peine plus de 1m de fond sous la quille par endroits… Et la carte est loin de fournir beaucoup de détails : c’est le guide des mouillages du Brésil qui prend le relais.

13h : on se présente dans la passe. 6m, 4m, puis 3,5m… Petite soustraction : sachant que Kousk Eol a un tirant d’eau de 2,5m, combien reste-il sous la quille ? Demi tour fissa…

Et donc bye bye Itacare et nouvelle direction : Ilheus, à une trentaine de milles plus au Sud… On devrait arriver juste à la nuit tombante.

Grand largue de nouveau, pratiquement 8 nœuds, quelques dauphins et une baleine qui viennent nous saluer, et nous arrivons devant le port d’Ilheus vers 18h30, juste après le coucher du soleil. Nous mouillons à l’entrée du petit port de pêche pour la nuit. Et découvrons le matin qu’il n’y a plus de petit port de pêche !

Première leçon : notre guide date de 2009 et les choses semblent bouger vite au Brésil !

Et demain nous continuons notre descente vers Rio, encore 630 milles, mais moins d’escales.

Suite au prochain numéro !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *